• Publicité

Paris-Berne vélo au gré des lois fiscales: mode d'emploi

Postez ici vos sujets sur les pratiques traditionnelles d'une forme de cyclisme, (compétition, cyclotourisme, vtt,
etc...), les récits de vos voyages à vélo ancien, à l'exception de ceux déjà signalés dans Balades pour lesquels le
récit devra accompagner la préparation de la sortie, vos souvenirs de pratiquant, ou encore vos reportages de visites
vélocipédiquement instructives.

Modérateurs: alain2908, Eric, OSSE, KRISSTOFF, Lisica, Stéphane

Paris-Berne vélo au gré des lois fiscales: mode d'emploi

Messagede padrig » Lun 16 Juil 2018 13:32:28

Profitant des quelques ponts bien placés du joli mois de Mai, après s’être concertés avec Thibaud qui vit dans le sud du pays, nous décidons d’un commun accord d’affréter nos deux clous pour un voyage vers la Suisse plus particulièrement vers Berne la capitale. Nous voyagerons léger en vêtements afin de laisser la part belle aux billets de banque que nous avons décidé de déposer dans les banques Suisses. Les lois fiscales de notre vieux pays devenant de plus en plus contraignantes ce voyage nous apparait comme inévitable pour ce faire les tubes de selles nous offrirons la discrétion nécessaire.

Le tracé est plus sympa, nous partirons de Paris pour rouler vers Coulommiers puis Montmirail nous passerons par le Mont Aimé , Chalon en Champagne, Bar le Duc et ses frères Michaux, Epinal et son imagerie, Belfort et son Lion, Montbeliard et sa saucisse, Morteau et sa saucisse, puis le Locle et ses montres, Neuchâtel et son lac, et enfin Berne… Une petite série de cols sont prévus ainsi que le Ballon d’Alsace, nous devons aussi passer par le col de la vue des Alpes. Les rendez-vous chez nos hôtes sont pris de la région Champenoise a la Suisse ou nous attendent deux petites suisses cyclistes pour le dernier jour et la dernière étape.

Le départ est donné à Paris donc, nous sommes au Louvre, direction la Curie de Berne la fosse aux Ours, les bonbons Ricola et les etablissements bancaires.

Image

La région parisienne est rapidement traversée sur l’Est de Paris et nous roulons déjà dans la Brie en Seine et Marne, petit passage chez les Villemorinois à Villiers sur Morin donc.

La chaussée du Ru a Villiers sur Morin.

Image

Nous passons peu de temps après Crécy la chapelle son, château et surtout sa Collégiale. Celle ville vient de la fusion de deux autres : Crécy en Brie et la Chapelle sur Crécy. Ville très ancienne datant des Gaulois un Hypogée y fut retrouvé au 19 éme siècle. Jules César y fera un passage comme Jeanne d’Arc et Charles VII entre autres…

Image

Rien a faire Thibaud fait toujours le Guignol sur les photos...

Plus loin courte pause a Coulommiers pour y voir sa Commanderie templière de 1173, un des plus beaux monument de ce début de voyage. Pour ce faire une petite grimpette est indispensable. Et comme nous roulons plutôt bien le temps gagné nous permet une pause au parc des Capucins l’un des plus beaux parc de Seine et Marne. Coulommiers est aussi la ville ou Louis de Funès a passé une bonne partie de sa scolarité, et du fromage du même nom, a gouter si vous êtes de passage dans la Brie, il faut toujours faire honneur aux produits du terroir et a l’artisanat local !

Image

Parc des Capucins a Coulommiers.

Image

Ce soir nos hôtes ( qui ne sont pas Cyclistes mais motards en Harley Davidson) nous attendrons non loin de Montmirail ou les discussions irons bon train concernant les gens de passages qu’ils ont reçu, ainsi ces cyclistes allemands restés chez eux plusieurs jours avant d’abandonner sans rallier Paris leur but…
Une vue du château de Montmirail juste avant notre arrivée. Ce château du 16 éme siècle est passé entre les mains des Montmirail, Coucy,Pierrepond, Sarrebruck, Silly, Gondi, Tremoille, Tellier, Rochefoucauld et maintenant le PDG d’Axon Cable, Joseph Puzo.

Image

Quelques verres, un bon repas, et du Rhum arrangé plus tard ( nos hôtes ayant vécu à la Réunion), nous nous endormons en cuvant tranquilou et pensant aux kilomètres qui nous séparent de la Suisse. Nous dormons a Margny, demain , premiére difficulté au programme, le Mont Aimé sur la route de Bergere les Vertus, comptant pour les Monts de France...
Dernière édition par padrig le Mar 17 Juil 2018 13:04:30, édité 3 fois.
padrig
Plus de 20 messages
 
Messages: 451
Inscription: Mar 04 Jan 2011 09:36:00
Localisation: VERNON

Re: Paris-Berne vélo au gré des lois fiscales: mode d'emploi

Messagede loic49 » Lun 16 Juil 2018 17:13:51

padrig a écrit: les tubes de selles nous offrirons la discrétion nécessaire.

Je comprends mieux pourquoi tu as un très grand tube de selle sur un petit cadre :biggrin:
Bonne suite pour ce beau voyage :hello:
J'entretiens ma voiture.
Je bichonne mes vélos.
http://mesrandonneesavelo.e-monsite.com
Avatar de l’utilisateur
loic49
Plus de 20 messages
 
Messages: 2129
Inscription: Mer 01 Jan 2014 15:29:48
Localisation: Angers / Bamako

Re: Paris-Berne vélo au gré des lois fiscales: mode d'emploi

Messagede albina » Lun 16 Juil 2018 20:18:21

Belfort et son Lion, Montélimar et sa saucisse, Morteau et sa saucisse,

Dis donc vous avez fait un sacré crochet par Montélimar :?:
Ce ne serait pas plutôt "Montbéliard" ? :-D
Bonne route quand même
Charles
Avatar de l’utilisateur
albina
Plus de 20 messages
 
Messages: 157
Inscription: Mar 22 Sep 2015 14:22:14
Localisation: Jura suisse

Re: Paris-Berne vélo au gré des lois fiscales: mode d'emploi

Messagede king » Lun 16 Juil 2018 20:20:51

petit à petit ça sent la débauche .... :mrgreen: :wink: bravo les jeunes on va suivre ça....
Save the earth, it's the only planet with wine
Avatar de l’utilisateur
king
Plus de 20 messages
 
Messages: 8010
Inscription: Sam 31 Déc 2016 16:56:28
Localisation: marne la vallée
Fonction: lord Brithburn

Re: Paris-Berne vélo au gré des lois fiscales: mode d'emploi

Messagede Byclou77 » Lun 16 Juil 2018 20:38:01

Villiers, crecy la chapelle vous êtes passé tt proche de la maison un Joli coin
Avatar de l’utilisateur
Byclou77
Plus de 20 messages
 
Messages: 3110
Inscription: Mer 28 Déc 2016 08:02:56
Localisation: ESBLY 77450

Re: Paris-Berne vélo au gré des lois fiscales: mode d'emploi

Messagede king » Lun 16 Juil 2018 20:46:50

Crécy la chapelle est aussi connu pour ça , le moulin jaune , du clown russe Slava

https://www.google.fr/search?q=crecy+la ... 93&bih=831
je n'ai pas eu encore l'occasion de visiter , l'an dernier il avait subit des innondations , que dire de celles de cette années :roll: :cry:
Save the earth, it's the only planet with wine
Avatar de l’utilisateur
king
Plus de 20 messages
 
Messages: 8010
Inscription: Sam 31 Déc 2016 16:56:28
Localisation: marne la vallée
Fonction: lord Brithburn

Re: Paris-Berne vélo au gré des lois fiscales: mode d'emploi

Messagede Byclou77 » Lun 16 Juil 2018 20:53:02

Bey tu vois j habite a cinq minutes en vélo mais je ne l ai jamais visité non plus ...on le voit de la grande route en direction de coulommier
Avatar de l’utilisateur
Byclou77
Plus de 20 messages
 
Messages: 3110
Inscription: Mer 28 Déc 2016 08:02:56
Localisation: ESBLY 77450

Re: Paris-Berne vélo au gré des lois fiscales: mode d'emploi

Messagede king » Lun 16 Juil 2018 21:00:15

oui j'ai halluciné lorsque j'ai été cherché une scie combiné sur le coin là bas , on voit la maison style hobbit :geek: :surpris:
j'ai demandé des renseignements à la vendeuse au retour et lorsque que j'ai voulu y aller c'était inondé , les frigos flottaient dans la propriété (vu sur leur site à l'époque ...)

je rends lanterne ............. :wink:
Save the earth, it's the only planet with wine
Avatar de l’utilisateur
king
Plus de 20 messages
 
Messages: 8010
Inscription: Sam 31 Déc 2016 16:56:28
Localisation: marne la vallée
Fonction: lord Brithburn

Re: Paris-Berne vélo au gré des lois fiscales: mode d'emploi

Messagede padrig » Mar 17 Juil 2018 07:53:45

Autant pour moi, il s'agit bien de Montbeliard! Le soleil termine de se lever nous reprenons nos machines qui ont dormi au chaud entre l’établi et la Harley Davidson de notre hôte. La petite route qui quitte Margny est plein de quiétude et sans surprises, celle-ci constitue une petite mise en jambe. Nous obliquons vers Ornais l’Abbaye dont l’abbatial mérite largement le détour.
Cette abbaye date du VII eme siècle, c’est une abbaye Bénédictine. Petite ville par sa démographie a peine 600 âmes mais grande par l’histoire de cette abbaye, un château est également visible situé juste derrière celle-ci. L’église St Pierre St Paul telle que nous la connaissons a été construite sous l’égide de l’architecte Jean d’Orbais ayant participé à l’édification de la Cathédrale de Reims.

Image

Moins de 10 km plus tard nous sommes a Montmort Lucy, connu pour son château renaissance bâti sur les ruines d’une forteresse, propriété tour à tour des Sully et des Hangest. Le Marechal Foch y fut de passage lors de la grande guerre tout comme Victor Hugo qui écrira à propos du château dans Le Rhin lettres a un ami : « un ravissant tohu-bohu de tourelles, de girouettes, de pignons, de lucarnes et de cheminées . C’est le Château de Montmort. Mon Cabriolet a tourné bride, et j’ai mis pied à terre devant la porte du château, c’est une exquise forteresse sur XVI eme siècle, Bâtie en Brique avec toit d’ardoise et girouettes ouvragées… »
Une expression peu usitée de nos jours vient également de Montmort : « Encore un qui n'ira pas à Montmort ! » Se dit d'un homme qui se laisse conduire par sa femme ou qui n'est pas le maître dans sa maison.

Image

Plus loin, le Mont Aimé, situé sur la commune de Bergères les Vertus et Coligny. Celui-ci culmine à 240 m sur la côte des Blancs. La vie y existait pendant le Paléolithique puis a la période Gauloise, une forteresse y est mentionnée dès l’an 450. Le vendredi 13 mai 1239, 183 hommes et femmes convaincus de catharisme furent brûlés sur le bûcher sur ordre de Robert le Bougre inquisiteur Dominicain de son état… Par la suite un télégraphe de Chappe y fut construit, aujourd’hui les vignes y sont abondantes avec un quasi mono cépage chardonnay, qui donne le vin de Champagne blanc de blanc.

Voici la vue depuis la table d’orientation située en haut de ce Mont. La montée est courte mais plutôt pentue sur son dernier tiers.

Image

Le temps de quelques photos un petit encas et la descente est rapidement avalée entre les coteaux de vigne, la route qui file vers Chalon en Champagne est roulante car empruntant le tracé d’une ancienne nationale peu fréquentée. Arrivés a Chalons nous rencontrerons 3 parisiennes en goguette et à vélo se rendant au Lac de Der… las ce n’est pas sur notre route et nous laissons filer la providence sur deux roues. Il fait un soleil pas croyable une chape de plomb, rajoutez à cela les bières locales et une bonne collation l’après-midi s’annonce rude. Nous effectuerons une visite de la ville qui méconnue se doit d’être redécouverte, écrasée en cela par Reims et son Champagne.

Image

La Marne aux reflets verts caractéristiques traverse cette ville, dont le patrimoine architectural serait long et fastidieux à énumérer. On y trouve aussi les Arts et Métiers une école d’ingénieur généraliste dont un campus fut installé à Châlons en 1806. Voici une vue de la Cathédrale St Etienne.

Image

Et de la porte Ste Croix par laquelle nous partons direction Bar-le-Duc, non sans être passés par ND en Vaux la maison Clemangis, et le musée des beaux-arts et de l’archéologie.

Image

A la sortie de Chalons, requinqué par un roboratif repas Thibaud avance comme une locomotive, fumant et commençant a pester contre le pourcentage, la chaleur n’arrangeant pas les choses. Ce soir il est prévu de dormir à Hargeville-sur-Chée, une petite campagne fort agréable, nos hôtes agriculteurs et imprimeurs nous y attendent pour l’apéro. Nous passons Bussy-le-Repos, Charmont sous un soleil de plomb en faisant le plein des gourdes dans chaque village ou presque. Nous n’avons pas pensé aux casquettes, quelle erreur de débutant tant ça tape au soleil de midi.

Image

En passant par Revigny sur Ornain ville de André Maginot nous avons une pensée émue pour la ligne qui porte son nom et de reprendre à tue-tête « Nous irons pendre notre linge sur la ligne Siegfried ».

Image

Un dernier petit raidillon en fin de journée pour arriver à la maison de nos hôtes ou l’accent est mis sur la bière fraiche le vin et les produits locaux. Déjà le soleil décline nous commencons a vivre a son rythme. Demain une belle journée s’annonce car nous allons a Bar-le-Duc, "la belle endormie" ,chef lieu du pays du Barrois, ou les frères Michaux inventèrent le vélocipède…
padrig
Plus de 20 messages
 
Messages: 451
Inscription: Mar 04 Jan 2011 09:36:00
Localisation: VERNON

Re: Paris-Berne vélo au gré des lois fiscales: mode d'emploi

Messagede padrig » Mar 17 Juil 2018 14:24:56

Nous quittons les Hauts-de-Chée connu des pilotes pour son aérodrome réputé, pour prendre la route de Vavincourt qui doit nous amener dans la descente qui conduit à Bar-le-Duc via Behonne.
Bar-le-Duc est située dans la Meuse, c’est la seule ville d’art et d’histoire de Lorraine avec Metz. La ville Haute est de style renaissance, cette ville est également le point kilométrique zéro pour la voie sacrée. La ville fut rattachée au Royaume de France vers 1766. Deuxième ville du département après Verdun en termes de population, elle ne cesse de voir diminuer son nombre d'habitants depuis les années 1980, et se retrouve dans la diagonale du vide. Depuis plusieurs années, la commune a donc choisi de développer son tourisme grâce au riche patrimoine hérité de son histoire. Notre premier réflexe est de se mettre en quête du monument en l’honneur des frères Michaux.

Image

Le monument est situé tout proche du pont Notre Dame qui traverse l’Ornain, on y trouve également le Naveton et le canal de la Marne au Rhin. Une des spécialités gastronomique de Bar-le-Duc est la confiture de groseilles épépinées à la plume d'oie, surnommée « caviar de Bar », Alfred Hitchcock ne descendrait que dans des hôtels qui en proposent au petit-déjeuner. Le président de la République Raymond Poincaré l'introduit sur les tables du palais de l'Élysée. Le Premier ministre britannique Winston Churchill et l'écrivain Victor Hugo en raffolent. Bar le Duc englobe aussi des AOC et AOP et se situe également dans les périmètres d'Indication géographique protégée (IGP) de la mirabelle de Lorraine , de la volaille de la Champagne, et de la Bergamote de Nancy. Spécialités gouteuses à redécouvrir lors de votre passage dans la région.

Image

Une vue de la tour de l’horloge, l'un des rares vestiges des fortifications du château en ville haute. Celle-ci fait un peu penser au gros Horloge de Rouen ou a la tour de l’Horloge d’Auxerre ou celle de Aubusson dans la Creuse.

Image
Voici l’Eglise st Etienne de Bar le Duc dont les travaux commencèrent en 1315. C’est du gothique flamboyant, classée monument historique depuis 1889. L'église abrite deux œuvres majeures du sculpteur lorrain Ligier Richier : le Transi de René de Chalon et le Christ en croix entre les deux larrons. Elle contient également une statue de Notre-Dame du Guet, protectrice de la cité, et un tableau de la Crucifixion avec le château des ducs de Bar à l'arrière-plan.

Image

Ce château est le château des ducs de Bar. Il servait de lieu d'habitation aux comtes et ducs de Bar, puis, plus rarement, de lieu de villégiature aux ducs de Lorraine. Depuis 1970, le Neuf-Castel abrite le Musée Barrois. Courte pause avant de mettre tout à droite pour redescendre et prendre la route de Ligny-en-Barrois.

Image

La route est encore longue pour la Suisse et les difficultées montagneuses sont bel et bien devant nous.

Une dizaine de kilomètres plus loin à rouler à la voile sur le grand plateau nous arrivons à Ligny en Barrois, pause-café. La tenancière se trompant une première fois dans la commande nous offre les premières consommations ! Après Ligny nous quittons la grand-route pour bifurquer au plus court vers Vaucouleurs ou nous mangerons le midi. A Vaucouleurs ne pas omettre la visite de la chapelle Castrale et de la porte de France. Vaucouleurs c’est aussi cette histoire, la ville reçoit la visite d'une bergère de 16 ans, venue de Domrémy. Vaucouleurs est alors une garnison française située aux confins des terres du duc de Bourgogne allié aux Anglais, et du duché de Lorraine, dépendant du Saint-Empire romain germanique. Elle se dit l'envoyée de Dieu et réclame le commandement général des troupes du royaume. Pour toute réponse, Baudricourt le gouverneur du Roi la fait souffleter et la renvoie à ses moutons.
Sans se décourager Jeanne revient à Vaucouleurs à plusieurs reprises. Elle essaye de monter une expédition avec le seul concours des gens du pays qui se cotisent pour lui offrir un cheval et une épée. Sa ténacité suscite un vaste élan populaire, la suite nous la connaissons…

Vue de la porte de France (Celle de Ligny en Barrois).

Image

A Colombey-les-Belles un panneau attire notre attention, il s’agit d’un panneau touristique pour le château d’Haroué situé 25km plus loin. Gageant que celui-ci vaut le détour, car signalé très à l’avance nous décidons d’y faire un crochet, de toute façon celui-ci n’est pas loin de Gripport et de la maison du pompier basé à Nancy qui nous loge ce soir avec sa femme et ses deux enfants, dans une vaste demeure ancienne.

Le château d’Haroué est extraordinaire, jugez plutôt :

Il présente des particularités amusantes qui, selon la tradition, évoquent la composition d'une année :

365 fenêtres (soit autant que de jours dans l'année) 52 cheminées (pour les semaines) ;12 tours (pour les mois) dont plusieurs sont incluses dans les bâtiments ;4 ponts (pour les saisons) franchissant les douves !
Propriété de la famille Beauvau-Craon anciens propriétaire de l’hôtel de Beauvau siège du ministère de l'Intérieur depuis 1861 à Paris, ce château est un monument de Meurthe et Moselle a voire absolument.
La décoration du château a été en grande partie confiée à d'éminents artistes lorrains : Jean Lamour (1698-1771) pour les grilles, les balcons, et la rampe d'escalier, Pillement (1698-1771) pour le décor peint d'une des tours, Barthélemy Guibal (1699-1757), sculpteur des fontaines de la place Stanislas à Nancy pour la statuaire. Le parc à la française a été dessiné par l'architecte-décorateur Emilio Terry.
Une grande partie du mobilier est classé monument historique.

Image

Arrivés à Gripport nous mangerons un bon repas, et de la bière dans cette petite ville fort sympathique chez des gens sportifs et vraiment courtois. Mille grâce leur soient rendues, trouver des hôtes dans cette région ne fut pas chose aisée.
padrig
Plus de 20 messages
 
Messages: 451
Inscription: Mar 04 Jan 2011 09:36:00
Localisation: VERNON

Re: Paris-Berne vélo au gré des lois fiscales: mode d'emploi

Messagede Geo Ham » Lun 23 Juil 2018 10:35:38

Encore une belle aventure cyclo-oeno-gastro-culturo-touristique!!
vivement la suite...
:velo1:
Geo Ham
Plus de 20 messages
 
Messages: 44
Inscription: Ven 31 Oct 2014 08:43:51

Re: Paris-Berne vélo au gré des lois fiscales: mode d'emploi

Messagede padrig » Lun 23 Juil 2018 13:57:57

Levés à la fraiche après un bon petit déjeuner nous reprenons la route, nous avons prévu de rouler de façon à arriver tôt à Epinal afin de visiter l’imagerie et manger sur la place des Vosges.
Gripport est situé tout près des Vosges quelques kilomètres parcourus depuis notre départ et nous y sommes. Nous suivrons la Moselle tout du long la route est plate et de toute façon l’après-midi nous aurons droit à deux cols.

Image

20 kilomètres plus loin nous sommes a Chatel sur Moselle, cette petite ville très sympa est fortifiée et possède un château fort. La forteresse de Châtel-sur-Moselle est un des plus grands châteaux forts d'Europe. Il couvre cinq hectares, compte 22 tours et 1,4 km de remparts, trois étages de galeries et salles souterraines. Châtel va soutenir 9 sièges successifs entre 1634 et 1670 !

Image


L’arrivée sur Epinal est rapide la portion de route qui nous reste a parcourir est très roulante. Epinal est la préfecture des Vosges. Cette ville fut fondée au X eme siècle puis rattachée eu Duché de Lorraine au XV éme siècle. Elle jouera un rôle important lors de la guerre de 1870. Un nombre incalculables de forts visible sur notre carte Michelin indique une ville de garnison. Les fortifications ressemblent a s’y méprendre a du Vauban mais il s’agit en fait de l’œuvre d’architecture militaire de Raymond Adolphe Séré de Rivières le Vauban du XIX eme siècle, il officia également a Toul, Verdun et Belfort ou nous passerons le lendemain.

Voici une vue de la Basilique St Maurice un édifice a voire, un petit passage situé au niveau du portail des bourgeois est plutôt pittoresque, a découvrir donc, si cela n’est pas déjà fait.

Image

Une curiosité d’ Epinal également,la Maison Romaine, une folie construite en 1892 par une riche industrielle, madame Leclerc-Morel. La maison et le péristyle sont imités des villas hellénistiques du Sud de l'Italie romaine. Sa propriétaire étant ruinée, la propriété inachevée fut achetée par la ville en 1902. L'ensemble est entouré d'une roseraie de style jardin à la française d'une superficie de 3 000 m2 et comprend une collection de quelque 500 variétés de rosiers.

Image

Connaissez-vous l’origine de la place des Vosges à Epinal ou nous mangerons ce midi ? Les Vosges est le premier département à avoir accepté de payer des contributions et à avoir envoyé des volontaires à l’appel de la Patrie en Danger !
Là nous sommes à l’imagerie d’Epinal que nous visiterons. J’ai bien failli me laisser tenter par un vélo ancien dans la foire à tout toute proche mais comment le ramener à Vernon ?
L'Imagerie d'Épinal est à l'origine une imprimerie fondée en 1796 par Jean-Charles Pellerin qui aura beaucoup servit la propagande Napoléonienne de 1829 à 1845 en célébrant l'empereur sa famille, ses maréchaux, ses armées et ses victoires.
Le musée est très intéressant et mets en exergue le côté technique des réalisations picturales.

Image

Voici un exemple amusant d’image d’Epinal :

Image

Nous profitons de la pause de midi pour sacrifier au rituel des cartes postales... la mienne est toute choisie...

Quelques kilomètres nous traversons la Vologne, petit court d'eau tranquille qui défraye la chronique judiciaire depuis bientôt 35 ans. Notre destination n'est plus si loin, nous avons deux cols a passer pour nous y rendre le Col de Chenau entre Vagney et Remiremont et celui de la Croix des Moinats entre Basse sur le Rupt et Cornimont ou nos hôtes nous attendent. Le col des Chenau emprunte une petite route dans un sous bois, il fait 2,2 km et culmine a 533m j'ai monté sur le vélo de Thibaud un pédalier Peugeot avec des rapports plus courts avant de partir en voyage, mais ce col a des petits passages a plus de 10% qui font souffrir notre jeune ami dont c'est le premier col.

Image

Le col de la Croix des Moinats fait systématiquement moins de 8% sur toute sa longueur, nous le montons via Vagney soit 8,8 km d'ascension pour une pente moyenne légèrement supérieure a 5%. « Moinats » désigne les novices des monastères. Le col était un lieu de passage des moines provenant des monastères de Remiremont et Munster. Au sommet il y a un monument en hommage aux Goumiers Marocain s'y étant battus lors de la seconde guerre mondiale, nous y arriverons en plein pendant la commémoration. Environ 22 000 goumiers ont combattu aux côtés de l'armée française entre 1907 et 1934 durant la pacification du Maroc et 12 583 ont été tués entre 1907 et 1922.

Image

Demain nous aurons droit a d'autres cols ainsi qu'a ballon d'Alsace, point d'orgue de notre voyage coté Français. Nos hôtes de ce soir nous logerons dans un appartement attenant a celui qu'ils habitent. L'homme de la maison Colonel de l'armée de l'Air en retraite profite de son temps libre pour faire a vélo des voyages que peu d'entres nous feraient en Amérique du Sud avec des passages de cols a plus de 5000m d'altitude! La soirée fut riche en échanges sur les voyages a vélo et la route. Nous avons mangé une délicieuse Tourte Lorraine qui nous sera utile demain pour le col du Mesnil la mise en jambe avant le Ballon.

Je ne sais pas si vous avez remarqué mais dorenavant nous sommes dotés de belles casquettes bleues, en effet nos hôtes des Hauts de Chée nous les ont offertes, bien utile avec ce soleil qui tape en permanence.
padrig
Plus de 20 messages
 
Messages: 451
Inscription: Mar 04 Jan 2011 09:36:00
Localisation: VERNON

Re: Paris-Berne vélo au gré des lois fiscales: mode d'emploi

Messagede padrig » Mar 24 Juil 2018 08:31:22

Partit tôt nous récupérons la route qui mène au ballon d’Alsace via le Col du Mesnil situé à 621m d’altitude, un de ces cols peu pentus que l’on monte pour ainsi dire avec la grosse sans s’en rendre compte. Nous arrivons ensuite à St Maurice sur Moselle en passant par le Thillot.

Image

Arrivés à St Maurice sur Moselle le ballon d’Alsace est clairement indiqué, le panneau bleu en bord de route stipule que celui-ci est ouvert à la circulation. Le ballon d'Alsace, qui culmine à 1 247 mètres d'altitude, est l'un des premiers sommets significatifs lorsqu'on aborde le massif des Vosges par le sud. Il offre ainsi un large panorama, la Forêt-Noire à l'est, le Jura, la trouée de Belfort et, par temps clair, la chaîne des Alpes bernoises et le mont Blanc au sud, et les crêtes des Vosges au nord. On y trouve une station de ski et une petite auberge située idéalement au niveau du col du ballon vends des souvenirs. Le Ballon c’est aussi le théâtre d’exploits cyclistes dont celui de René Pottier, premier à franchir le sommet du Ballon d'Alsace à l'occasion du Tour de France 1905, il est considéré comme le premier « roi de la montagne » du Tour à la suite de cet exploit.
Ce cycliste bien connu de nos services mettra malheureusement fin à ses jours en se pendant dans les locaux du service de course de son équipe, Peugeot au croc de son vélo. Il avait réussi cet exploit de gravir le Ballon a plus de 20 km/h de moyenne comme le stipule la stèle en haut du col, et ce bien avant que Desgranges autorise sur le tour 1937 l’usage du dérailleur !

Image

Detail amusant, une bande de motards nous ayant passé dans la pente du col attendent à l’auberge et comme prévu on a droit à une petit remarque du genre « on vous attend depuis un quart d’heure », ce à quoi je réponds que nous, nous attendions un coup de clignotant lors de leur dépassement et que sur les 20 bécanes seules 2 l’on utilisé. Ca a jeté un petit froid tout en les remettant à leur place. J’ai toujours remarqué un certaine rivalité motard cycliste en montagne, comme de fait, avoir un moteur ne les fait pas monter plus haut , seulement plus vite…et eux n'ont pas eu droit au sommet car ce n'est pas trés carrossable! :lol:

Image

Le col , celui-ci monte sur 9 km environ 8% maxi avec une moyenne de 6,9 %, il permet de relier la vallée de la Moselle au nord aux vallées de la Savoureuse au sud et celle de la Doller à l'est , le col culmine à l'altitude de 1 165 mètres ; le sommet du Ballon n'est pas accessible par la route.

Quelques vues du ballon en direction de St Maurice.

Image

Au sommet on peut y voir une statue de Jeanne d'Arc symbolisant l'attachement des Français à l'Alsace, inaugurée le 19 septembre 1909 et sculptée par Mathurin Moreau.

Image

Belle table d'Orientation sur le second sommet du Ballon car il y a deux points haut , la table est sur le point culminant.

Image


La descente du Ballon fait 12,4 km en direction de Giromagny et attendant Thibaud je me faire rattrapper par un gars équipé d’un cannondale qui tire long. S’en est suivi une joute des plus dangereuses dans la descente coupant tous les virages ( avec visibilité tout de même) freinant au dernier moment, ce n’est pas parce qu’on est touriste et loin de chez soi qu’on n’a pas le droit de marquer un peu son territoire ! Aucune voiture ne nous dépassera sur toute la descente, j’effectue celle-ci vraiment rapidement, et nous faisons du « vélo bien » avec le type en Cannondale, en se dépassant à tour de rôle au gré des virages, pas très prudent mais bon, lui me rattrape au moindre bout droit grâce a son rapport long et j’arrive a le taxer à chaque freinage malgré mon petit bagage ! Arrivés aux environs de Lepuix en relevant la tête je perds ma casquette et stoppe ma machine, pour la récupérer et attendre Thibaud et salue mon compagnon de descente, qui a mon avis gardera lui aussi un souvenir de ce Ballon d'Alsace. Au moment de repartir je constate une fente énorme sur mon pneu avant, qui aurait pu être dramatique. Je changerai mon pneu au Decathlon de Belfort. En attendant Belfort nous avons trouvé une petite auberge fort sympathique en arrivant a Giromagny...


Sortis du restaurant qui a eu dont le patron nous a généreusement offert le digestif ( ça devient une habitude), nous reprenons la route direction Belfort. Belfort se situe dans la trouée de Belfort, voie de passage entre les Vosges au nord et le Jura au sud. La ville est entourée de Mont, aussi on y accède en descente : le mont de la Miotte, le mont Justice, le mont des basses Perches, le Haut du Mont, le mont Salbert et le mont Rudolphe.
Belfort c’est ses fortifications, sa Cathédrale et bien évidement le lion de Bartholdi. Le Lion de Belfort est l'œuvre du sculpteur alsacien Auguste Bartholdi. Il est fait de blocs de grès rose taillés séparément puis assemblés contre la falaise calcaire du château. Il mesure 22 m de long et 11 m de haut. Les travaux ont commencé en 1875 et se sont achevés en 1880. Il a été réalisé en hommage à la résistance de Belfort lors de son siège de 1870 à 1871 et à ses victimes. Le Lion est couché au pied de la Citadelle, tête relevée, tournant le dos à l'est, à l'Alsace perdue et à l'ennemi allemand d'antan.
Nous nous mettons en quête d’un magasin à l’enseigne bleue et blanche pour trouver mon gommard. Celui-ci est situé loin du centre-ville, mais bon le pneu est changé, on va visiter le centre-ville.

Image

Voici la Cathédrale St Christophe de Belfort. Cette cathédrale a été bâtie en tant qu'église abbatiale de 1727 à 1750 par l'entrepreneur Henri Schuller (ou Shuler) sur les plans de Jacques Philippe Marechal, ingénieur ordinaire du roi à Strasbourg qui, appelé à la chefferie de Strasbourg, ne pouvait en assurer lui-même l’exécution. L'église est érigée en cathédrale en 1979 lors de la création du diocèse de Belfort-Montbéliard.
Au premier plan le kiosque à musique.

Image

Si vous passez par Belfort n’hésitez pas à gouter les raves rappées, la friture de carpe, le brimbul ( apéritif à la myrtille), l’épaule d’agneau du Ballon, le Belflore, les facettes la patte de lion ou la langue de lion, pour les fromages : Munster Cancaillotte ou Comté.
padrig
Plus de 20 messages
 
Messages: 451
Inscription: Mar 04 Jan 2011 09:36:00
Localisation: VERNON

Re: Paris-Berne vélo au gré des lois fiscales: mode d'emploi

Messagede padrig » Mer 25 Juil 2018 08:33:08

18 km plus loin c’est l’arrivée à Montbéliard. Nous passons les usines Peugeot puis arrivons au château des Ducs de Wurtemberg. Non loin de la gare il y a un magasin du moins un ancien magasin Peugeot frères qui je crois devait vendre des vélos, l’enseigne date de la grande époque de Valentigney, malheureusement je n’ai pas pris de photo…
Le château en photo date du XIIIe siècle et héberge à ce jour entre autres le musée du Château des ducs de Wurtemberg et le musée d'archéologie et d'histoire naturelle de Montbéliard.
On pense que les origines de la forteresse remontent à l'époque gallo-romaine. Ce ne fut sans doute qu'une tour de guet en bois, un poste d'observation avancé autour de la ville de Mandeure. A Mandeure il y a d’ailleurs un théâtre Gallo-Romain que nous verrons demain.

Image

Image

Nous profitons de notre avance pour boire une petite bière bien méritée avant de monter au belvédère du parc des Miches ou nous avons une vue sur tout Montbéliard ainsi que les usines Peugeot, sur la droite on devine la colline du fort Lachaux situé à 410 m. Le fort fut construit entre 1876 et 1878, et fait partie originellement de la défense de la place de Montbéliard, partie intégrante du môle défensif du Lomont jusqu'en 1906, date à laquelle il sera intégré à la place fortifiée de Belfort.

Image

Quelques encablures plus loin nos hôtes nous attendent. Le père de famille a longtemps travaillé dans les montres en Suisse ; la maison est sympa le repas et les gens aussi. Et nous de deviser sur les futures étapes qui doivent nous emmener en Suisse via Morteau.

Repartis de Montbéliard tardivement car l’étape s’avère courte jusque Morteau nous passons Mandeure. A Mandeure il y a un théâtre Gallo-Romain, il date du premier siècle et est contemporain du Colisée a Rome. Le temps est un peu gris et nous avançons sans trop de conviction en plus de ça le temps commence à devenir menaçant. Le temps sera moyen et pluvieux jusque Montandon ou la région est vallonnée, une succession de petits casse-pattes.

Voici le Théâtre de Mandeure, site archéologique incontournable si vous êtes de passage dans la région.

Image

Jusque Saint Hippolyte notre route longe le Doubs et une ancienne voie de fer désaffectée par moments. Nous passons par Pont de Roide ou les premières usines Peugeot sont situées. On y fabriquait des baleines de parapluie, des enjoliveurs et des pare-chocs. Jules Bonnot, chef de la « Bande à Bonnot » est né à Pont-de-Roide en 1876, mort en 1912. Nous boirons un café près du pont dans la plus ancienne maison de la ville, puis nous traversons le Doubs cher aux rudipontains pour continuer vers Maiche ou nous allons jeter notre dévolu le midi pour la mangeaille.

Image

Mairie de Pont de Roide.

La pause dure un temps certain a Maiche… car nous sommes mouillés et un peu fatigué par ces quelques jours de route. Notre hôte de ce soir arrive un peu tard donc nous prenons notre temps, c’est un professeur de design qui officie pour de futurs fabricants de montres. Il est inscrit depuis peu sur le site Warmshowers. Plus tard nous ferons également une pause prolongée au Russey pour y voir une petite exposition de peinture sans intérêt.
Le Russey c’est également le ville d’un personnage insolite dont nous voyons la statue ci dessous, Dominique Parrenin, né le 1er septembre 1665 au Russey (Doubs) et mort le 29 septembre 1741 à Pékin (Chine), un prêtre jésuite et géographe français, missionnaire en Chine, notamment auprès de l'empereur Kangxi.

Image

Morteau ! Morteau et sa saucisse, le saut du Doubs et la promesse que nous allons sous peu entrer en confédération helvétique. Nous arrivons au terme d’une longue descente dans cette ville ou nous allons nous rafraichir au bistrot du coin car il est important pour nous aux dires de Velocio de bien se désaltérer. En plus c’est le moment opportune pour tisser des liens avec la population locale qui nous paie des coups une bonne partie de l’après-midi. Pas de doute a Morteau les gens savent vivre ! On nous demande d’où l’on vient et en récompense on reçoit des bières et des verres de rouge, les gens sont très accueillants! Un habitué du bistrot pourtant rompu à la boisson finira par rouler sous la table mais il faut dire qu’il avait déjà fait une belle échappée au bar alors que nous étions toujours sur la route avec nos clous.
Bientôt notre hôtes arrive nous le suivrons jusque chez lui, pas encore partit à vélo mais avec une forte envie de franchir le pas, les discussions vont bon train autour d’une très sympathique anisette de Pontarlier ( qui a un gout de reviens y) a la belle étiquette. Un produit local a gouter absolument. En local il est de bonne augure de rentrer au troquet en disant « Garçon ! Un pont ! ».


Image

Un petit malin a personnalisé le panneau.

Il existe une sorte de dicton qui accompagne cet alcool Franc-Comtois :
"Si tu bois du pont bleu et que tu te fais contrôler par les gendarmes, tu peux leur dire : "Je suis peut-être bourré, mais au moins j'aurai pas le diabète !""
Le pont bleu étant une variété sans sucres.
Une chanson a boire existe aussi concernant cet apéritif…
padrig
Plus de 20 messages
 
Messages: 451
Inscription: Mar 04 Jan 2011 09:36:00
Localisation: VERNON

Re: Paris-Berne vélo au gré des lois fiscales: mode d'emploi

Messagede padrig » Sam 28 Juil 2018 09:58:29

Le matin nous quittons Morteau sa Saucisse et son Tuyé pour rouler vers le saut du Doubs et Villers le lac pour se diriger a la faveur d'un col vers la frontière Franco-Suisse. Le tuyé est obligatoire dans le cahier des charges de la saucisse de Morteau, dont la durée de fumaison ne peut être inférieure à 48 heures qu'on se le dise, le plus connu dans la région est probablement le Tuyé du Papy Gaby.

C'est le matin sur la D461 qui doit nous mener en Suisse mais le soleil commence a taper et les cols sont proches.

Image

La frontière avec la Suisse se fait naturellement par le col des roches, 5km de route a 4% sur 5 km amenant a 920 mètres d'altitude. Nous passons la frontière, petit poste de garde avec des barrières et faisons une croix sur le col de France tout proche qui risque de nous faire perdre un temps précieux pour un simple aller-retour. Il existe une curiosité méconnue a cet endroit de la frontière, il s'agit des moulins souterrains du Col-des-Roches qui se trouvent dans le canton de Neuchâtel en Suisse, proche de la frontière avec la France et des villes du Locle et de la Chaux-de-Fonds. Il y règne une température constante de 7 degrés. Ils sont uniques en Europe. Désormais un musée celui ci se visite.

Image

Arrivés a Le Locle, la ville de Lucien Lesna cycliste et aviateur ainsi que de Henri Rheinwald cycliste egalement mais aussi ville de Grock le Clown bien connu. Avec sa voisine La Chaux-de-Fonds, elle est inscrite au patrimoine mondial pour son « urbanisme horloger ».
Hans Christian Andersen, poète et conteur danois, a séjourné au Locle par trois fois, on lui doit entres autres la petite sirène bien sur.

Ci dessous la facade Nord de l'hotel de ville du Locle.

Image

Après le Locle nous arrivons la Chaux de fond, pour un passionné d'automobiles comme moi cela évoque immédiatement la ville de Louis Chevrolet fondateur de la marque éponyme. Nous Passons la Chaux de fond en inventant des jeux de mots douteux basés sur le nom de cette ville...un bel aérodrome est situé a l'entrée la ville qui doit son essor et sa renommée à l'horlogerie et à la microtechnique. C'est aussi la ville de Le Corbusier, du navigateur Laurent Bourgnon et de l'écrivain Blaise Cendrars.

La dernière difficulté du voyage le col de la vue des Alpes est en vue si je puis dire; il vous coûtera 10Km de montée a 5/6 % au départ de la chaux de fond pour vous amener a 1283m ou la vue est saisissante. On y voit pour ainsi dire tout les sommets Alpins. On y voit le Mont Blanc au loin, que j'affectionne tout particulièrement pour l'avoir gravit 3 fois lors des mes sorties d'Alpinisme. Ce col vaut vraiment le coup de s'y rendre tant la vue est belle. La descente vers Neuchâtel via Valangin et son Château dure plus de 15 km et est très roulante.

Image

La vue est a couper le souffle, au loin ce ne sont pas des nuages mais bel et bien les sommets alpins, le spectacle est de toute beauté.

Image

On passe une petite laine car le vent est frais et la descente va bien durer un bon quart d'heure a vive allure.

Image

Valangin et son château, sont l'occasion d'une pause, ce village est inscrit a l'association des plus beaux villages de Suisse. Jean François Balmer est originaire de cette petite bourgade du canton de Neuchâtel situé située dans la région Val-de-Ruz, à l'entrée des gorges du Seyon. 3km a peine nous séparent de Neuchâtel et de son Lac et de ses exploitations viticoles.

Image

Arrivés au terme d'un longue descente a Neuchâtel nous nous mettons en quête d'un restaurant afin de reprendre quelques forces, le moral est bon nous savons que Berne n'est plus loin. Nous effectuons une visite rapide cette très jolie et dépaysante ville. On y parle majoritairement Français.
padrig
Plus de 20 messages
 
Messages: 451
Inscription: Mar 04 Jan 2011 09:36:00
Localisation: VERNON

Suivante

Retourner vers Récits de voyages

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité