• Publicité

Vélo record de vitesse, ca. 1900 ? Origine a retrouver !!!

Modérateurs: alain2908, Lisica, KRISSTOFF, Eric, OSSE

Re: Vélo record de vitesse, ca. 1900 ? Origine a retrouver !!!

Messagede bachibouzouk » Mer 13 Jan 2021 02:13:25

Retour sur ce vélo à grand développement dont les bases longues et le trapèze arrière font penser à celui d’ekonn: Voici enfin l’image en entier !
Désolé pour l’attente, mais je tenais à trouver d’autres sources pour m’assurer que ce vélo n’était pas un fake. Ironie du sort: Après plusieurs mois de recherches (j’ai découvert cette image en avril 2020), ayant fini par retrouvé son origine et aussi d’autres images, je me suis aperçu tout récemment que ce vélo avait déjà été montré sur le forum TTV ! Pfffff… la bonne blague !

Vélo de course 1900 - source Film Pathé-Revue - Les ancêtres de la Bicyclette 2.png
Vélo de course 1900 - source Film Pathé-Revue - Les ancêtres de la Bicyclette 2.png (386.22 Kio) Vu 300 fois


L’image est tirée d’un film Pathé-Revue, intitulé « Les ancêtres de la Bicyclette », lui-même issu d’un montage d’archives « Le vélo à travers le temps » présenté sur la chaîne YouTube du site France HPV (organisme - personne, association ? - destiné à promouvoir la pratique des VPH, Véhicules à Propulsion Humaine, Human Powered Vehicle in english). Le reste de ce montage d’archives vaut le coup d’oeil, ainsi que les autres vidéos rassemblées sur cette chaîne YouTube:
(source: France HPV sur YouTube - film « Les ancêtres de la Bicyclette » - Séquence à partir de 5:05)
https://www.youtube.com/watch?v=EjvI2N-ULT4&list=PLXuau87pz0TT_5zJa2Fcb-UBhW7z_TqU6&index=3&t=319s
Chaîne YouTube de France HPV: https://www.youtube.com/channel/UCqcV36bnUlUi9kl_G0N9_-g/videos

Le texte introductif de la séquence: « Voici un modèle de course de 1900 avec une démultiplication de 10m50 »

Vélo de course 1900-titre séquence.png


Que nous montrent ces images ? Un vélo de grande taille, tenu par le présentateur devant la caméra, qui va appuyer sur une pédale pour faire tourner la roue arrière, en la soulevant. C’est tout.
. Le présentateur: manteau, casquette « sport », cravate … Un look plutôt années 20/30 que 1900.
Après vérification, le site de Gaumont-Pathé archives précise bien que les Pathé-Revue ont été produits durant cette période:
« La collection des Pathé Revue (1919-1930) rassemble de courts sujets documentaires culturels et pédagogiques sur l’industrie, l’artisanat, la mode, les animaux...etc. »
https://gparchives.com/index.php?html=163
Pas d’accès aux archives Pathé (c’est payant), donc je n’ai pas pu visionner les films orignaux où figure ce vélo (il y en a au moins 2). En revanche, j’ai retrouvé les fiches descriptives des films. La 1ère diffusion de celui intitulé « les ancêtres de la bicyclette » date de 1930.

Vélo de course 1900-film Pathé Revue-1930-1.png

Vélo de course 1900-film Pathé Revue-1930-2.png
Vélo de course 1900-film Pathé Revue-1930-2.png (137.18 Kio) Vu 300 fois


. Le vélo: 2 barres horizontales, très grande douille de direction mais tige de selle non sortie, 2 paires de haubans, très longues pattes arrière fendues avec ce trapèze reliant les bases aux 2 paires de haubans relevés. 1 très grand plateau percé divisé en 6 branches dont 3 noyées dans 1 portion pleine avec les lettres AS découpées. J’ai supposé qu’il s’agissait de la marque Auguste Sutter, mais sans aucune certitude.
. Les pattes arrières: J’ai l’impression qu’elles ont 2 fentes: une longue juste après les bases et une plus courte ouverte vers l’arrière, mais pas de trous comme sur le vélo d’ekonn.
. Le trapèze arrière: J’ai essayé de comprendre en faisant plusieurs arrêts sur image, mais je n’arrive pas à distinguer ce qu’il y a à l’intérieur du trapèze: une décoration ? un sigle ou des initiales ? Le pignon arrière semble avoir au moins 20 dents.
. Le moyeu de roue arrière: Impossible de voir s’il est à vitesses intégrées ou non… On a bien l’impression de voir un levier de commande sur le tube horizontal, et peut-être une roulette de renvoi sur le raccord de selle, mais c’est flou… Cela ne serait pas anachronique car les premiers changements de vitesses dans le moyeu sont inventés au tout début du 20ème siècle. Autre hypothèse: Un reflet au lieu d’une roulette et un support de cartel ou de N° de collection au lieu d’un levier de commande…
. Le rayonnage: Comme l’a remarqué ekonn, il est particulier. Les rayons se rejoignent au même point d’ancrage sur les jantes avec une sorte de ligature, ou une torsade. Il y nettement moins de rayons à l’avant qu’à l’arrière. C’est peut-être une fausse piste, mais cela pourrait dériver du procédé inventé par Godfried Laube en 1895 aux US (16 paires de rayons pour l’avant) ?
(Brevet de Godfried Laube - US Patent Office - 23 Juillet 1895 - source University of North Texas Libraries)
https://texashistory.unt.edu/search/?q3=%22Laube%2C%20Godfried%22&t3=untl_agent&src=ark&searchType=advanced

Velo de course 1900-Rayonnage-Godfried Laube Patent sketch-1895-source University of North Texas Libraries.jpg


Quels sont les points communs avec le vélo d’ekonn ? J’en ai listé au moins 4:
. La période de conception: supposée autour de 1900
. La vocation: supposément la piste et plus particulièrement la recherche de vitesse derrière un entraineur. Les entraineurs type locomotive étant encombrants et déjà pris pour les tentatives de record aux Amériques, il reste les entraineurs de type tandems ou + si affinités (triplette, sextuplette…).
. Un trapèze arrière, dont le but est sans doute de rigidifier la patte arrière largement fendue (ou percée dans le cas d’ekonn), permettant d’ajuster la roue arrière selon la taille des pignons utilisés. Ce qui ne colle pas avec un moyeu à vitesses intégrées, cela dit en passant…
. Une triangulation et une géométrie plutôt inspirées par des règles esthétiques intuitives que par les lois de la mécanique tendue vers l’efficacité et le rendement. L’horizontalité des bases est respectée, et le plateau maousse est parfaitement centré entre les roues (comme chez ekonn). Le parallélisme des 2 barres horizontales est privilégié, ce qui conduit à l’arrimage des haubans au sommet du trapèze, tandis que chez ekonn c’est le parallélisme des 2 barres diagonales qui prime, permettant aux haubans de s’accrocher à la base du trapèze. C’est ce dernier détail qui fait penser que le vélo d’ekonn n’est pas du même cadreur, mais peut-être d’un imitateur, car le cadreur du vélo Pathé-Revue avait tout juste breveté son principe de rigidification qu’il se plaignait déjà dans la presse (une façon comme une autre de se faire de la pub) d’être abondamment copié !

Évidemment, je ne savais pas tout cela à ce stade de mes recherches...

J’ai voulu trouver d’autres images de ce vélo dans des rétrospectives, musées, expositions, salons …etc, juste avant l’année 1930, me doutant que les séquences du film Pathé-Revue étaient tournées à l’occasion d’un événement de ce genre.
J’ai fini par trouver sur Gallica des images présentant une Rétrospective de cycles anciens au Grand Palais en octobre 1928.
(Rétrospective - Salon de cycles et motocycles au Grand Palais - Photo de presse Agence Roll - 30 octobre1928 - BNF/Gallica)

Rétrospective Gd Palais-30 octobre 1928-Agence Roll-BNF-Gallica-Vue générale de la rétrospective.jpeg

Rétrospective Gd Palais-30 octobre 1928-Agence Roll-BNF-Gallica-Vélocipède 1869.jpeg


En agrandissant, cela donne:

Rétrospective Gd Palais-30 octobre 1928-Agence Roll-BNF-Gallica-Vue générale de la rétrospective-détail.jpg

Rétrospective Gd Palais-30 octobre 1928-Agence Roll-BNF-Gallica-Vélocipède 1869-détail.jpg


C’est bien le même vélo avec la double barre horizontale, l’énorme plateau au 2/3 ajouré, le double haubanage et le trapèze arrière. En zoomant davantage, on ne voit pas de moyeux à vitesses intégrées à l’arrière (on ne voit pas non plus de manette au cadre sur les photos précédentes) et l’on distingue bien les rayons arrimés par paires sur la jante.

Rétrospective Gd Palais-30 octobre 1928-Agence Roll-BNF-Gallica-Vue générale de la rétrospective-détail AR.png


Ce vélo tel qu'exposé, n'est donc pas un bricolage, ni un vélo de cirque, ni un engin de cascadeur, de farfelu, de testeur d’hélices ou autre rémouleur…
J’ai eu l’occasion au cours des recherches de voir d’autres vélos de la même période (disons entre fin 19ème et WWI) avec cette curieuse tendance à arborer un plateau surdimensionné, sans forcément avoir le cadre taillé pour des performances ou des records spectaculaires.

Pour illustrer, en voici quelques-uns:

Un inconnu sur le site Bikecult, certainement fabriqué aux US. Malheureusement, pas d’indication de provenance et photo pas très nette…
Lui non plus n’a pas l’air d’un coureur, ni d’un affuteur de lames.
http://bikecult.com/works/chainwheel.html

Photo inconnu-source Bikecult.com-bwireguy-resized.jpg


Un Light Blue avec un plateau de 100 dents. The Light Blue bicycles, fondé par John Albert Townsend en 1895 à Cambridge (UK) fabriquait initialement des vélos pour les membres sportifs de l’Université. Pour célébrer le nouveau siècle en 1900, et assurer la promotion de la marque, JAT fabrique son propre vélo de course avec ce plateau surdimensionné. Il l’aurait utilisé jusqu’à sa mort en 1942…
Voilà une piste intéressante: Le passage à l’an 1900, avec tout ce que cela a pu susciter comme ambition, utopie, démesure !
Le vélo a été restauré et repeint dans les années 80. C’est un pignon fixe. La selle est d’origine. les roues initiales étaient en bois. La base droite est dédoublée et déportée au niveau du pignon qui doit confortablement bien avoir 34 dents !
(The Light Blue - source yellowjersey.co.uk)

Photo Light Blue Cycles-source yellowjersey.co.uk.jpg


Un vélo de course - modèle Luxe - de Panzer-Räder (DE), catalogue de 1910, avec un plateau de 60 dents, mais un pignon qui doit bien aussi en faire le 1/3…
À cette période, dans beaucoup de catalogues allemands, les modèles « luxe » ont souvent les plateaux les plus ouvragés et les plus imposants. Certes ils n’ont pas le diamètre incroyable de celui d’ekonn, mais ils arrivent tout de même à l’extrémité des manivelles, au ras des pédales. Cela devait être un marqueur de rang social, de puissance et d’argent, un peu comme la boursouflure des 4x4 et des SUV aujourd’hui ?
D’ailleurs sur la couverture de ce catalogue: " vise un peu mon plateau, kilébooo ! "
Donc une autre piste: Celle du gros plateau pour impressionner et écraser la concurrence ?
(Panzer-Räder - catalogue 1910 - modèle Luxe et couverture - source Velopedia)

PanzerRäder-Catalogue 1910-Luxus strassenrenner-source Velopedia.png

PanzerRäder-Catalogue 1910-couverture-source Velopedia.png


C’est un peu la même chose chez Racycle (US), avec sa bicyclette Pacemaker, immuable depuis sa création (1896 ?): Très allongée et basse sur patte, avec un gros plateau rondouillard au milieu. Les arguments de vente sont axés sur la sécurité et le confort, pas sur la prise de risque ni l’exploit sportif.
Dans une publication de Bicycling World de 1905/1906, on peut même lire le récit d’un voyage de 2015 miles en Europe, effectué par un "cyclotouriste" américain sur un Racycle Pacemaker.
(Racycle Pacemaker - publicité - Bicycling World 1907/1908 - source Smithsonian Libraries)

Racycle Pacemaker-source Bicycling World 1907-1908-Smithsonian Libraries.png
Racycle Pacemaker-source Bicycling World 1907-1908-Smithsonian Libraries.png (761.79 Kio) Vu 300 fois


(Racycle Pacemaker- publicité 1907 - source onlinebicyclemuseum.co.uk)

Racycle Pacemaker-1907-source onlinebicyclemuseum.co.uk.jpg
Racycle Pacemaker-1907-source onlinebicyclemuseum.co.uk.jpg (161.57 Kio) Vu 300 fois


(Racycle - cyclotourisme en Europe - Bicycling World 1905/1906 - source Smithsonian Libraries)

Racycle Pacemaker-source Bicycling World 1905-1906-Smithsonian Libraries.png
Racycle Pacemaker-source Bicycling World 1905-1906-Smithsonian Libraries.png (341.23 Kio) Vu 300 fois

Racycle Pacemaker-source Bicycling World 1905-1906 détail-Smithsonian Libraries.png


Donc, à ce stade, 2 pistes plausibles pour justifier l’existence de ces bons gros plateaux sur des cadres allongés :
. L’une serait l’apparition fin 19ème d’une espèce pachydermique de vélos de course, à plateaux monstrueux, courant derrière des entraineurs sur machines multiples qui, comme les dinosaures, aurait subi une extinction rapide et radicale face aux avancées technologiques des entraîneurs motorisés et aux performances des stayers sur leurs vélos ultra-courts.
. L’autre serait la persistance, depuis fin 19ème jusqu’à WW1, d’un contre-courant stylistique mondain ou citadin, qui proposerait des bicyclettes stables et rassurantes munies d’un beau gros plateau en dentelles pour frimer et parader tout en préservant sa sécurité, et aussi d'appuyer trop fort sur les pédales grâce au confortable pignon arrière (faudrait pas indisposer les demoiselles avec sa sueur !).

Pour tenter de retrouver l’origine du vélo de 10m50 de développement, j’ai épluché les compte-rendus de divers salons et rétrospectives de cycles anciens, fouillé dans les images d’expositions, et parcouru tous les albums photos de Jules Beau sur Gallica…
Finalement, la lumière est venue en trouvant un indice sur Sterba-bike: Un fascicule d’exposition présentant la collection de Robert Grandseigne et son camion-musée ambulant qui a accompagné le tour de France en 1936.
(fascicule collection R. Grandseigne - date inconnue - source inconnue, publiée par Sterba-Bike*)
(*) Attention avec les photos publiées par Sterba-bike : parfois les images sont issues d’autres sites, sans mention d’origine, et toujours avec le tampon « Sterba »…

sextuplette GROSSOT-source fascicule Histoire du Vélo-collection Grandseigne 1-Sterba-bike.jpg

sextuplette GROSSOT-source fascicule Histoire du Vélo-collection Grandseigne 2-Sterba-bike.jpg


Il s’agit donc du vélo de Paul Bourotte qui courait derrière une sextuplette dans les années 1896-1898 (les dates diffèrent suivant les sources). Les 2 machines ont été fabriquées par Adolphe Grossot, inventeur-constructeur à Paris, au 20 rue Simon-Le-Franc.
Elles sont conservées au Domaine de Sceaux, depuis la donation de la collection Grandseigne au Musée du Domaine départemental de Sceaux, en 1964.
(sextuplette GROSSOT-source fallinoffbicycles.wordpress.com-Expo A BICYCLETTE domaine de SCEAUX-coll. Grandseigne Déhan-juin 2014-mai 2015)

sextuplette GROSSOT-source fallinoffbicycles.wordpress.com-Expo A BICYCLETTE domaine de SCEAUX-coll. Grandseigne Déhan-juin 2014-mai 2015.jpg
sextuplette GROSSOT-source fallinoffbicycles.wordpress.com-Expo A BICYCLETTE domaine de SCEAUX-coll. Grandseigne Déhan-juin 2014-mai 2015.jpg (196.15 Kio) Vu 300 fois


On retrouve les 2 mêmes machines associées dans bon nombre d’expositions rétrospectives, qui ont précédées le tour de France de Robert Grandseigne, avec son camion en 1936.
Dès 1906, à l’occasion d’une ballade rétrospective au Bois de Boulogne, organisée par L’Auto-Vélo, la bicyclette et la sextuplette Grossot sont considérées comme des ancêtres « préhistoriques ». On notera la date de 1896 pour la sextuplette qui entrainait Bourotte au Parc des Princes (mais il y a eu plusieurs sextuplettes Grosssot - au moins 2 photographiées dont l’une est une quintuplette avec un sixième pilote rajouté sur la roue arrière). La « bicyclette Grossot 1895, qui sera pilotée par Forterre et possède le plus grand développement du monde: 18 mètres ! » est-elle celle que l’on connait aujourd’hui (avec le développement correspondant à la configuration course de l’époque, modernisée ultérieurement) ?
(Ballade rétrospective 1906 - source L’Auto-Vélo du 7 octobre 1906 - BNF-Gallica)

SEXTUPLETTE GROSSOT - Ballade rétrospective 1906 extrait - source L’Auto-Vélo du 7 octobre 1906 - BNF-Gallica.jpg

SEXTUPLETTE GROSSOT - Ballade rétrospective 1906 - source L’Auto-Vélo du 7 octobre 1906 - BNF-Gallica.jpg


Une autre exposition rétrospective de la collection Grandseigne, en 1935, juste avant le périple avec son musée ambulant:
(Rétrospective de la bicyclette - Sextuplette Grossot - source Excelsior du 3 avril 1935 - Retronews)

sextuplette GROSSOT-source Excelsior 3 avril 1935-Retronews.png

sextuplette GROSSOT-source Excelsior 3 avril 1935-Retronews-détail.png


En tout cas, aujourd’hui, le plateau de pédalier du vélo de Bourotte est toujours le même que celui des années 20/30. Et dans le trapèze, il n’y a qu’une décoration à volutes, sans mystère…
(vélo de course Grossot - source Sterba-bike - images prises dans les réserves du Musée du Domaine départemental de Sceaux ?)

vélo de course Grossot - source Sterba-bike - profil.jpg
vélo de course Grossot - source Sterba-bike - profil.jpg (99.19 Kio) Vu 300 fois

vélo de course Grossot - source Sterba-bike - dessous pédalier.jpg
vélo de course Grossot - source Sterba-bike - dessous pédalier.jpg (125.09 Kio) Vu 300 fois

vélo de course Grossot - source Sterba-bike - trapèze.jpg


Une autre image pour relativiser la « grande taille » de ce vélo, qui n’a peut-être pas non plus les bonnes roues ni les bons pneus ?

vélo de course Grossot - source Sterba-bike - comparatif.jpg


Le plateau de la sextuplette, lui est d’inspiration bien plus rococo, et laisse deviner - mais peut-être ai-je des hallucinations ? - l’inscription « ADOLPHE GROSSOT » en lettres majuscules biscornues…
Du coup, je me demande si le A.S. du plateau modernisé du vélo de Bourotte ne serait pas plutôt A.G., avec une écriture en majuscule cursive stylisée ?
(sextuplette Grossot - source Sterba-bike - origine des photos: idem ?)

sextuplette Grossot - source Sterba-bike - haubans.jpg

sextuplette Grossot - source Sterba-bike - arrière.jpg

(Ah tiens, la roue arrière avec les rayons arrimés par paires ...)

sextuplette Grossot - source Sterba-bike - plateau.jpg
Dernière édition par bachibouzouk le Mer 13 Jan 2021 03:07:21, édité 1 fois.
Vive les ressources documentaires en accès libre sur internet qui font fructifier les recherches et la connaissance: Rendons grâce à ceux qui les partagent sans restriction, faisons l’effort d’en tracer l’historique et citons nos sources !
bachibouzouk
Plus de 20 messages
 
Messages: 160
Inscription: Jeu 07 Mar 2013 14:26:01

Re: Vélo record de vitesse, ca. 1900 ? Origine a retrouver !!!

Messagede bachibouzouk » Mer 13 Jan 2021 02:54:05

Alors, un rien mégalo le père Grossot ?
Oui, d'après les quelques informations dans la presse de l’époque, faisant suite à ses dépôts de brevets en 1894 et 1895

Brevet 242226 - 19 octobre 1894 - système perfectionné pour cadre de vélocipède

GROSSOT-Brevet 1894-source BLRP-BNF-Gallica.png


Brevet 244804 - 1er février 1895 - système perfectionné de bicyclette

GROSSOT-Brevet 1895-source BLRP-BNF-Gallica.png


Les informations, en l'occurrences des publicités, attestent de sa jeunesse, sa précocité, son inventivité, son extra-rigide et solide succès ...etc.

GROSSOT-1894-publicité 1-source Le Vélo-Retronews.png

GROSSOT-1894-publicité 2-source Le Vélo-Retronews.png

GROSSOT-1894-publicité 3-source Le Vélo-Retronews.png
GROSSOT-1894-publicité 3-source Le Vélo-Retronews.png (420.82 Kio) Vu 300 fois


Un petit publi-rédactionnel:

GROSSOT-1894-salon du cycle 1-source L'Intransigeant-BNF-Gallica.jpg

GROSSOT-1894-salon du cycle 2-source L'Intransigeant-BNF-Gallica.jpg
GROSSOT-1894-salon du cycle 2-source L'Intransigeant-BNF-Gallica.jpg (54.13 Kio) Vu 300 fois

GROSSOT-1894-salon du cycle 3-source L'Intransigeant-BNF-Gallica.jpg


Et encore de la pub:

GROSSOT-1896-publicité-source Le Vélo-Retronews.png

GROSSOT-1896-source Le Vélo journal quotidien-BNF-Gallica.jpg
GROSSOT-1896-source Le Vélo journal quotidien-BNF-Gallica.jpg (84.73 Kio) Vu 300 fois

GROSSOT-1897-publicité-source Le Vélo-Retronews.png
GROSSOT-1897-publicité-source Le Vélo-Retronews.png (272.46 Kio) Vu 300 fois

GROSSOT-1898-source Grande enquête sportive du journal Le Vélo (8300 km à bicyclette)-BNF-Gallica.jpg


Pour terminer avec ce vélo de Bourotte made by Grossot, rincé après toutes ces recherches, je me suis aperçu qu’il était en fait déjà présenté ici-même, sur TTV, dans un post de juansantos qui avait mis la main sur un autre vélo Grossot mais avec un tout petit trapèze sur la patte arrière ...
https://forum.tontonvelo.com/viewtopic.php?f=32&t=26984

Image

Ce qui me permet de piocher dans son post pour placer ici la photo de Bourotte derrière la sextuplette Grossot (qu’on voit dans le camion-musée Grandseigne et l’expo « A bicyclette » de Sceaux) - photo d'excellente qualité, je ne sais pas où il l'a trouvée ? -

Image

Et que voit-on sur cette photo ?
. Que le plateau de pédalier d'origine de Bourotte avait le même diamètre, approximativement, que celui de la sextuplette (donc plus petit que celui modernisé qui l'équipe depuis au moins les années 20/30)
. Que le trapèze arrière ne saute pas aux yeux, comme aujourd'hui, même si la photo n'est pas très nette... Donc une modifications ultérieure ?
. Que les roues et les pneus remplissent mieux les fourches avant/arrière, et que la roue avant semble avoir un rayonnage radial mais avec plus de rayons, que la version années 20/30
Vive les ressources documentaires en accès libre sur internet qui font fructifier les recherches et la connaissance: Rendons grâce à ceux qui les partagent sans restriction, faisons l’effort d’en tracer l’historique et citons nos sources !
bachibouzouk
Plus de 20 messages
 
Messages: 160
Inscription: Jeu 07 Mar 2013 14:26:01

Re: Vélo record de vitesse, ca. 1900 ? Origine a retrouver !!!

Messagede alain2908 » Mer 13 Jan 2021 05:44:45

Quand l'art de la recherche se conjugue avec l'art de la restitution.
Chapeau bas :fleur:
mes joujous : Bob, Bebel et Jacquot sans oublier toto
numérotation des vélos AuTomoTo : viewtopic.php?f=8&t=16700
Avatar de l’utilisateur
alain2908
Plus de 20 messages
 
Messages: 8884
Inscription: Lun 19 Aoû 2013 15:22:00
Localisation: Villeurbanne

Re: Vélo record de vitesse, ca. 1900 ? Origine a retrouver !!!

Messagede qipiq » Mer 13 Jan 2021 11:20:26

:hello: Bachibouzouc, formidable recherches !

Ie connais une partie de ces documents, dont la dernière image ci-dessus de Bourotte et ses entraineurs. Dans toutes ces machines il faut faire un distingo entre celles aux proportions classiques ou relativement et celles à l'arrière rallongé.

De tout temps et cela recommence depuis quelques années, il y a eu des partisans de grands, voire très grands pédaliers et d'autres des petits. Sur piste on voit actuellement des pédaliers de 58, voire 60 dents. Cela n'a aucune importance, ce qui compte c'est le braquet. Par exemple, approximativement selon la section des enveloppes, en 700c, 100x34 = 6m24, est plus petit que 51x17 ou 45x15 = 6,36 tous les deux ...etc. Mais, c'est un fait facilement constatable, à la fin du XIXème et début XXème, la mode était aux grands pédaliers et grands pignons. En France, c'était surtout pour "ressembler à" ou "faire comme" Edmond Jacquelin qui utilisait 28x8 (56x16).

Le "Light Blue" avec une transmission plus "compacte" est un vélo de piste à cadre plongeant avec une géométrie classique sauf qu'il a fallu faire passe ces très grands pédalier et pignons. Ce que n'a pas su (ou voulu) faire le constructeur de la machine sur la photo précédente. Les Panzer sont des vélos classiques, pas plus longs de l'arrière que les autres de l'époque. Le Racycle est anormalement allongé alors que (je l'ai montré plus haut) BSA savait faire des arrières très courts avec des grands pédaliers.

Quant à Grossot, oui, il a déposé le brevet, mais en 1894 on voit déjà cela chez deux marques anglaises et en France chez Gladiator. En est-il effectivement à l'origine ou le plus prompt à déposer le brevet, lequel permet aujourd'hui de dire qu'il en est l'inventeur ...jusqu'à l'apparition d'un document contradictoire, par exemple Outre-Manche ... ?

Je n'ai pas fait état de ces documents parce que ces machines ont toutes les bases (simples ou doubles) rectilignes depuis la boîte de pédalier de pédalier jusqu'aux pattes arrière, avec le trapèze ou pas.

Je précise qu'au Musée de Sceaux, je n'ai pas vu ces machines. Mais probablement qu'on ne me les avait pas montrées parce qu'elles étaient déjà clairement identifiées ?

La machine de Ekonn à les bases contre coudées que techniquement rien ne justifie, c'est cela qui me fait douter qu'elle ait été construite à cette époque ... ou alors, pourquoi faire simple quand on peut compliquer ... sans apporter la moindre amélioration ???
Dernière édition par qipiq le Mer 13 Jan 2021 18:06:08, édité 2 fois.
<<Je défendrai toujours la nécessité de servir de référence correcte quand on poste. On ne doit pas tricher avec ses restaurations, quand on peut être pris comme modèle...>> Munny sur Tonton Vélo le 8 septembre 2012 ...
qipiq
Plus de 20 messages
 
Messages: 10540
Inscription: Lun 05 Sep 2011 19:09:46

Re: Vélo record de vitesse, ca. 1900 ? Origine a retrouver !!!

Messagede qipiq » Mer 13 Jan 2021 12:18:21

Par ailleurs, dans l'introduction du film de Pathé-Revue, il est question d'une "démultiplication de 10m50" ...

Voilà bien la démonstration de la totale méconnaissance de l'auteur de ce texte : 10m50 c'est la multiplication et non une démultiplication. Il faut attendre les VTT récents pour qu'il y ait des vélos "démultipliés", c'est dire avec un développement inférieur à la circonférence de la roue motrice.

10m50 (entre 55x11 et 54x11) c'est même déjà de la surmultiplication. Sur le plat, c'est pour rouler "au train" à plus de 60 km/h et au sprint à plus de 70 km/h, et un peu plus derrière entraineurs.

18m de développement c'est pour rouler au-delà de 100km/h.
<<Je défendrai toujours la nécessité de servir de référence correcte quand on poste. On ne doit pas tricher avec ses restaurations, quand on peut être pris comme modèle...>> Munny sur Tonton Vélo le 8 septembre 2012 ...
qipiq
Plus de 20 messages
 
Messages: 10540
Inscription: Lun 05 Sep 2011 19:09:46

Re: Vélo record de vitesse, ca. 1900 ? Origine a retrouver !!!

Messagede ekonn » Jeu 14 Jan 2021 00:55:57

:hello:
Alors là !!! :shock:

Immenses félicitations à Bachi pour ce super travail d'investigations ! :fleur: :fleur: :fleur: :fleur: :fleur:

Et merci d'avoir pris le temps de détailler le fil de tes recherches ! Un vrai plaisir a lire ton message, comme un roman policier !

bachibouzouk a écrit:Quels sont les points communs avec le vélo d’ekonn ? J’en ai listé au moins 4:
. La période de conception: supposée autour de 1900
. La vocation: supposément la piste et plus particulièrement la recherche de vitesse derrière un entraineur. Les entraineurs type locomotive étant encombrants et déjà pris pour les tentatives de record aux Amériques, il reste les entraineurs de type tandems ou + si affinités (triplette, sextuplette…).
. Un trapèze arrière, dont le but est sans doute de rigidifier la patte arrière largement fendue (ou percée dans le cas d’ekonn), permettant d’ajuster la roue arrière selon la taille des pignons utilisés. Ce qui ne colle pas avec un moyeu à vitesses intégrées, cela dit en passant…
. Une triangulation et une géométrie plutôt inspirées par des règles esthétiques intuitives que par les lois de la mécanique tendue vers l’efficacité et le rendement. L’horizontalité des bases est respectée, et le plateau maousse est parfaitement centré entre les roues (comme chez ekonn). Le parallélisme des 2 barres horizontales est privilégié, ce qui conduit à l’arrimage des haubans au sommet du trapèze, tandis que chez ekonn c’est le parallélisme des 2 barres diagonales qui prime, permettant aux haubans de s’accrocher à la base du trapèze. C’est ce dernier détail qui fait penser que le vélo d’ekonn n’est pas du même cadreur, mais peut-être d’un imitateur, car le cadreur du vélo Pathé-Revue avait tout juste breveté son principe de rigidification qu’il se plaignait déjà dans la presse (une façon comme une autre de se faire de la pub) d’être abondamment copié !


Ne pas oublier que j'ai montré plus haut que les haubans intermédiaires de mon vélo s'accrochaient à l'origine en haut du trapèze. Tout comme ce vélo. Je ne vois donc pas de différence sur ce point. En revanche, sur le mien les trapèzes sont plus épais, et je trouve que la partie arrière parait au final plus costaud (et lourd)
Les haubans sont réalisés exactement de la même manière. Avec un renfort perpendiculaire sur l’inférieur, et deux sur le supérieur, positionnés dans les même proportions.
Ça fait quand même plusieurs énormes points commun pour penser qu'on est là sur deux réalisation du même cadreur.
En même temps, le fait que les haubans intermédiaires - disons l' "assise double" pour reprendre le terme du fabricant - ait été déplacé du point haut du trapèze en bas reste une énigme. Peut être pour "copier sans copier" et sortir d'un litige avec Grossot ? Mais je ne pense pas qu'ils puissent en arriver là à l'époque.

En dehors des "différences évidentes", je note d'autres différences entre les deux vélos :
- boitier de pédalier pas a pinces
- JDD avec cuvette non intégré
- une plaque !!!
- Manivelle sans clavette, pas a pince
- ...
Si je devais donner un ordre chronologique entre ces deux machines, je dirais que le miens me semblerait plus ancien. Mais c'est qu'un avis.

A noter :
Une assise est manquante sur la sextuplette, à mon avis car elle interférait avec la chaine... (il n'y avait pas le dessin 3D à l'époque :lol: )
Assise_4_sextuplette.jpg

Je pense aussi qu'une assise à été retirée sur le vélo de Bourotte :
Bourotte_assise_3_01.jpg
Bourotte_assise_3_01.jpg (84.43 Kio) Vu 231 fois

Bourotte_assise_3_02.jpg
Bourotte_assise_3_02.jpg (60.85 Kio) Vu 231 fois

Bourotte_assise_3_03.jpg
Bourotte_assise_3_03.jpg (92.77 Kio) Vu 231 fois


Ce qui montre bien que les vélos étaient "proto" et évolutifs. Laissant supposer que l'allongement de l'assise double sur le miens et sa mise en bas du trapèze aurait pu être un essai "proto". Avant de réaliser un autre cadre par exemple.

Dans l'article parlant de la rétrospective de 1906, tu notes :
bachibouzouk a écrit: La « bicyclette Grossot 1895, qui sera pilotée par Forterre et possède le plus grand développement du monde: 18 mètres ! » est-elle celle que l’on connait aujourd’hui (avec le développement correspondant à la configuration course de l’époque, modernisée ultérieurement) ?

Pour moi, la bicyclette Grossot 1895 fait référence à une autre machine que la bicyclette de Bourotte, qui est elle évoqué pour 1896.
On le voit ici dans la liste des machines engagées :
ballade_retrospective_01.jpg
ballade_retrospective_01.jpg (118.42 Kio) Vu 231 fois

ballade_retrospective_02.jpg
ballade_retrospective_02.jpg (97.65 Kio) Vu 231 fois


Ma première idée donc :
- en 1896 : la Bourotte de 14.5m
- mais 1895 à 18m, piloté par Forterre ???? Pourquoi pas la mienne ? La réalisation que je trouve "plus ancienne" et le développement plus grand sont une piste.
Même s'il parait étonnant que ces deux machines aurait été séparées par la suite...

En parlant développement :
Je met de coté le "10.5m" de la vidéo, qui est vraisemblablement une erreur.
Sur le vélo de Bourotte, je pense compter 66 Dents au plateaux, et 10 au pignon. Avec une roue 700Ax35, on tombe sur un développement de 14.8m disons 14.5 pour s'accorder aux document si pneu plus fin.
Sur mon vélo, en gardant un pignon de 10 dents (en dessous, je n'y crois pas), on obtient un développement de 18.6m, disons 18m pour un pneu plus fin. On serait donc raccord avec cette hypothèse.

Reste les doutes de notre cher Qipiq, qui continuera jusqu'au bout à douter de l'authenticité de ma machine :

qipiq a écrit:10m50 (entre 55x11 et 54x11) c'est même déjà de la surmultiplication. Sur le plat, c'est pour rouler "au train" à plus de 60 km/h et au sprint à plus de 70 km/h, et un peu plus derrière entraineurs.
18m de développement c'est pour rouler au-delà de 100km/h.


Dans les documents d'époque, il est dit que Bourotte atteignait les 65km/h avec son développement de 14.5m. Soit une cadence de 75 Tr/min. Nous n'étions pas sur les standard de cadence d'aujourd'hui ! Tout en force !
Avec cette même cadence et le développement de 18M, on atteint 81km/h. Ce qui ne semble pas si fou au final. Les pistards d'aujourd'hui atteignent ces vitesses sans lièvre devant eux ! Donc possible.

Mais continuons les investigations !!!

Et merci encore Bachi !!!! :fleur: :fleur:
ekonn
Plus de 20 messages
 
Messages: 287
Inscription: Dim 08 Juin 2014 21:18:37

Re: Vélo record de vitesse, ca. 1900 ? Origine a retrouver !!!

Messagede ian » Jeu 14 Jan 2021 07:57:03

Bonjour,

alors là !!! chapeau à vous de la compil et des explications, c'est passionnant .

Merci .
A vélo, A bicyclette, A cheval, A moto, = dehors. En voiture, En bateau, En avion, = dedans
ian
Plus de 20 messages
 
Messages: 5246
Inscription: Jeu 09 Avr 2009 19:26:54
Localisation: Bordeaux

Re: Vélo record de vitesse, ca. 1900 ? Origine a retrouver !!!

Messagede qipiq » Ven 15 Jan 2021 13:20:47

<<Dans les documents d'époque, il est dit que Bourotte atteignait les 65km/h avec son développement de 14.5m. Soit une cadence de 75 Tr/min. Nous n'étions pas sur les standard de cadence d'aujourd'hui ! Tout en force !
Avec cette même cadence et le développement de 18M, on atteint 81km/h. Ce qui ne semble pas si fou au final. Les pistards d'aujourd'hui atteignent ces vitesses sans lièvre devant eux ! Donc possible.>>

:hello: Ekonn,

la comparaison avec les pistards d'aujourd'hui est absurde, tu le sais parfaitement, tellement il n'y a pas un seul élément comparable à commencer par les vélodromes, en finissant par la préparation (et je n'évoque que musculaire) des pistards ...

Tout en force ? En tout cas pas tous, et surtout pas les meilleurs.

Dans les documents d'époque il est aussi écrit que A.A. Zimmermann (101 victoires en 111 courses en 1893) parcourait les 200 derniers mètres d'une course de vitesse en 12 secondes, c'est à dire à 60 km/h de moyenne. En 1893/94 son vélo avait un braquet de 17x7, ce qui selon un tableau de l'époque (donc avec des roues et sections des pneus aux dimensions de l'époque), donnait une multiplication à 1m70, donc un développement de 5m34. Il est même écrit qu'au moment de son effort maxi il pouvait frôler les 200 tours/mn ...

Si tu observes les publicités des constructeurs en 1894 et encore un peu après, ainsi que les photos et dessins des meilleurs coureurs de cette époque, tous montrent des bicyclettes avec des petits pédaliers. Je fais référence à ce que j'ai de précis: des catalogues HURTU (il ne faut pas oublier que c'est sur un vélo de cette marque que Rivierre a gagné le Lyon-Paris-Lyon en 1894 et Fisher Paris-Roubaix en 1896) qui en 1894 ne propose que des pédaliers de 16 à 20 dents, avec un développement maxi possible (en roues de 700) de 20x7 = 6,26, et en 1896 des pédaliers jusqu'à 24 dents pour un développement maxi de 24x7 = 7m53, ce qui ne signifie pas qu'il était utilisé par les coureurs de cette époque. En général, c'était plutôt par les "pédards" qui voulaient ressembler au coureurs au quotidien mais n'avaient pas les capacités physiques ni l'entraînement pour tourner les jambes.

24x7, c'est le braquet de Major Taylor en 1901 à Paris et le même 48x14 de Morelon pendant tout le haut niveau de sa carrière, lui avec des roues de 700c donc plus petites et des boyaux plus fins, donc un développement de 7m40/42, mais tournaient les jambes.

Je pense que Grossot faisait fausse route : il n'avait pas compris que pour aller plus vite, il fallait alléger le vélo et tourner les jambes plus vite (c'est comme un moteur, sur le rapport choisi on va beaucoup plus vite à 4500 tours qu'à 3000) Cependant il fut précurseur pour les records à très hautes vitesses récents : pour améliorer la stabilité de la trjectoire, oui, la meilleure solution est d'allonger l'arrière, mais ce "bénéfice" n'est qu'à des vitesses même pas imaginable fin XIX ème.

Je reparlerai de ta machine car je ne suis toujours pas du même avis que toi, avec des arguments précis qu'à l'heure actuelle, rien ici en ligne ne contredisent.
Dernière édition par qipiq le Ven 15 Jan 2021 18:39:03, édité 1 fois.
<<Je défendrai toujours la nécessité de servir de référence correcte quand on poste. On ne doit pas tricher avec ses restaurations, quand on peut être pris comme modèle...>> Munny sur Tonton Vélo le 8 septembre 2012 ...
qipiq
Plus de 20 messages
 
Messages: 10540
Inscription: Lun 05 Sep 2011 19:09:46

Re: Vélo record de vitesse, ca. 1900 ? Origine a retrouver !!!

Messagede qipiq » Ven 15 Jan 2021 16:54:46

:hello: Par plusieurs entrées différentes de l'INPI je ne parviens pas à accéder au brevet en question. Quelqu'un aurait-il la solution, ou le brevet lui-même ?
<<Je défendrai toujours la nécessité de servir de référence correcte quand on poste. On ne doit pas tricher avec ses restaurations, quand on peut être pris comme modèle...>> Munny sur Tonton Vélo le 8 septembre 2012 ...
qipiq
Plus de 20 messages
 
Messages: 10540
Inscription: Lun 05 Sep 2011 19:09:46

Re: Vélo record de vitesse, ca. 1900 ? Origine a retrouver !!!

Messagede GoodyGuy » Ven 15 Jan 2021 21:15:52

 
Chapeau bas à bachibouzouk Image pour cette formidable recherche "archéovélogique" et la qualité de sa restitution.

Elle est passionnante et fait honneur au forum.
Rien ne se perd, Rien ne se crée, Tout se transforme (Antoine-Laurent de Lavoisier)
Avatar de l’utilisateur
GoodyGuy
Plus de 20 messages
 
Messages: 1115
Inscription: Sam 02 Jan 2010 10:13:07
Localisation: Yvelines (78)

Re: Vélo record de vitesse, ca. 1900 ? Origine a retrouver !!!

Messagede ekonn » Sam 16 Jan 2021 16:58:38

qipiq a écrit:la comparaison avec les pistards d'aujourd'hui est absurde, tu le sais parfaitement, tellement il n'y a pas un seul élément comparable à commencer par les vélodromes, en finissant par la préparation (et je n'évoque que musculaire) des pistards ...

Tout en force ? En tout cas pas tous, et surtout pas les meilleurs.
(...)
Je pense que Grossot faisait fausse route : il n'avait pas compris que pour aller plus vite, il fallait alléger le vélo et tourner les jambes plus vite (c'est comme un moteur, sur le rapport choisi on va beaucoup plus vite à 4500 tours qu'à 3000) Cependant il fut précurseur pour les records à très hautes vitesses récents : pour améliorer la stabilité de la trjectoire, oui, la meilleure solution est d'allonger l'arrière, mais ce "bénéfice" n'est qu'à des vitesses même pas imaginable fin XIX ème.


On est bien d'accord ! Ce choix de braquet n'était sans doute pas le bon pour performer. Mais nuancons quand même. C'est l'homme qui fait la performance, bien plus que la machine... Si les pilotes Grossot ne sont pas rentrés autant dans l'histoire que Zimmermann, c'est aussi qu'ils n'avaient pas les mêmes jambes...

Si on se permet une petite parenthèse "biomécanique", il est prouvé par des dizaines de rapports que les puissances pures développés par le corps humain sur un vélo n'évoluent que très peu en fonction du braquet. Et sont même plutôt très légèrement supérieures avec un gros braquet, mais sur une très courte durée, le muscle étant très vite "asphyxié" par l'intensité de l'effort, pour faire court.
Reste qu'à l'entraînement, utiliser un très gros braquet (de manière intermittente, pas 100% du temps!) a souvent été conseillé pour renforcer ses fibres musculaires, même si maintenant c'est plutôt dans la salle de musculation que cela se passe.

La comparaison avec un moteur a explosion est absurde et n'a absolument aucun sens... :shock: :confus:

Ensuite, il faut quand même se replacer en 1895, les courses cyclistes sur piste n'avaient que quelques années d'existence, et il y avait encore largement de la place pour les "expérimentations".

Grossot, comme une infinité d'autre a "tenté un truc". Il faut leur rendre hommage, car ce sont ces "fausses routes ", qui rendent ces machines différentes de toutes les autres, qui les rendent aujourd'hui si passionnantes pour nous ! Et par ces tentatives, ils ont aussi fait avancé la "science velocipedique".

Enfin, considérons quand même le coup de pub que la fabrication de ces machines extravagantes pouvait représenter pour un jeune constructeur. Avec ses plateaux énormes, Grossot voulait peut être bien plus faire le "buzz" (pour mettre en avant ses vélos de série) que réellement performer dans les compétitions. Et si tel est le cas, c'est assez malin!


qipiq a écrit:Je reparlerai de ta machine car je ne suis toujours pas du même avis que toi, avec des arguments précis qu'à l'heure actuelle, rien ici en ligne ne contredisent.


J'attends cela avec impatience. Mon unique but est d'établir précisément l'origine de ma machine, que ce soit le vélo avec "le plus grand développement du monde" de l'époque, ou une fabrication extravagantes des décennies plus tard...
ekonn
Plus de 20 messages
 
Messages: 287
Inscription: Dim 08 Juin 2014 21:18:37

Re: Vélo record de vitesse, ca. 1900 ? Origine a retrouver !!!

Messagede qipiq » Sam 16 Jan 2021 19:10:59

<<La comparaison avec un moteur a explosion est absurde et n'a absolument aucun sens... >>

Ekonn, avec une moto ou une auto sur un rapport quel qu'il soit, que tu sois en 3éme ou en 5ème, si tu fais tourner le moteur plus vite, tu roules plus vite, sur un vélo c'est exactement la même chose quel que soit le braquet et la preuve la plus flagrante est avec monovitesse sur piste.

Pour ta machine je souhaiterais préalablement vérifier quelque chose sur le brevet.
<<Je défendrai toujours la nécessité de servir de référence correcte quand on poste. On ne doit pas tricher avec ses restaurations, quand on peut être pris comme modèle...>> Munny sur Tonton Vélo le 8 septembre 2012 ...
qipiq
Plus de 20 messages
 
Messages: 10540
Inscription: Lun 05 Sep 2011 19:09:46

Re: Vélo record de vitesse, ca. 1900 ? Origine a retrouver !!!

Messagede ekonn » Sam 16 Jan 2021 21:59:28

qipiq a écrit:Ekonn, avec une moto ou une auto sur un rapport quel qu'il soit, que tu sois en 3éme ou en 5ème, si tu fais tourner le moteur plus vite, tu roules plus vite, sur un vélo c'est exactement la même chose quel que soit le braquet...


Ok, si le sens de ton message était juste pour dire "plus tu tourne les pédales vite, plus tu vas vite"... Merci, mais je pense que tu n'apprend rien a personne ici! :confus:

Si la question plus intéressante était "pour un être humain, avec quel braquet va t'on pouvoir aller le plus vite a son max de puissance : entre 14 ou 7m ?"
Ben la réponse est : presque pareil, mais sans doute un peu plus vite avec le plus grand braquet. L' être humain développant un tout petit peu plus de puissance à basse vitesse. Mais cela sur une très courte durée uniquement.

Les records de vitesse sont d'ailleurs fait à basse cadence. Même si cela permet en plus de limiter les mouvements sur le vélo pour optimiser la stabilité.

Le problème des plus grand braquets, c'est surtout qu'il est bien plus compliqué et long d'accélérer. Une course se jouant dès le démarrage, que ce soit un départ arrêté ou lancé.


Sinon, plus interressant :
J'ai vérifié sur mon vélo, lorsque l'assise supplémentaire était reliée au point haut du trapèze, il y avait interférence avec la chaîne!!! :velo2:
Voilà qui explique avec certitude pourquoi les haubans intermédiaires ont été allongé et relié au bas du trapèze arrière.
Pour que cela fonctionne, il fallait mettre le départ du haubans (sur le tube de selle) plus haut que le haut du plateau, comme c'est le cas sur le vélo de Bourotte. Pour pas croiser le haubans et la chaîne...

C'est les haubans retirés sur la sextuplette qui m'ont fait penser à ça. Mais franchement j'aurais pu y penser et m'en rendre compte avant! :velo2: Quel bêta ! Au moins je me pose plus la question de savoir si je devais remodifié le haubans pour le refixer en haut du trapèze !

Sur le vélo de Bourotte, le haubans retiré devait aussi interférer avec la chaîne.
Donc sur les trois vélos : tous ont eu un haubans retiré ou déplacé a cause d'une interférence avec la chaîne.
C'est plus un point commun, c'est une marque de fabrique ! Haha
ekonn
Plus de 20 messages
 
Messages: 287
Inscription: Dim 08 Juin 2014 21:18:37

Re: Vélo record de vitesse, ca. 1900 ? Origine a retrouver !!!

Messagede qipiq » Sam 16 Jan 2021 22:39:48

J'ignorais qu'au sujet du vélo de ce poste on devait traiter des aptitudes humaines ... Beaucoup d'exemples contredisent ton affirmation que pour les records tout se passe au démarrage.

C'est désormais une permanente opposition entre les études en équation et la pratique ... Les calculs, je ne sais pas faire, mais le vélo oui, avec, seulement pour l'usage sportif comptabilisé, plus de 520 000 kilomètres.

Exemple, j'ai passé mon dernier vélo de course à mon petit-fils qui fait du triathlon. Il est moins grand que moi et avec, c'est normal, l'entrejambe plus court; il a monté la selle de 4 cm et <<Papy je ne comprends pas, je n'arrive pas à mouliner comme toi>>. Il lis des revues actuelles...

Au sujet de ta machine, rien actuellement en ligne ne peut contredire deux arguments évidents, mais je ne peux les énoncer sans connaître le brevet que je ne parviens pas à voir. Didier Mahistre me dit ne pas l'avoir, lui non plus, donc je suis réduit au silence, uniquement pour cela ...
<<Je défendrai toujours la nécessité de servir de référence correcte quand on poste. On ne doit pas tricher avec ses restaurations, quand on peut être pris comme modèle...>> Munny sur Tonton Vélo le 8 septembre 2012 ...
qipiq
Plus de 20 messages
 
Messages: 10540
Inscription: Lun 05 Sep 2011 19:09:46

Re: Vélo record de vitesse, ca. 1900 ? Origine a retrouver !!!

Messagede bachibouzouk » Dim 17 Jan 2021 19:30:34

Les brevets:
Je ne les ai pas trouvés non plus et je ne pense pas qu’ils soient disponibles en ligne. Sinon Juansantos, qui a fait des recherches pour son vélo présenté sur TTV, les aurait déjà publiés. Tout comme il a publié cette description, dans son post:
https://forum.tontonvelo.com/viewtopic.php?f=32&t=26984
(Source: L’Ingénieur civil : journal d'application et de vulgarisation des découvertes les plus récentes -1892-1899-BNF-Gallica)

. Pour le 1er brevet de 1894:

Image
Image

. Pour le 2ème brevet de 1895:

Image

À ce stade, rien sur le trapèze arrière, ce qui orienterait vers une possible modification ultérieure...
En revanche, le 2ème brevet précise que le réglage de tension de la chaîne s’effectue par un excentrique au niveau du pédalier.
Si le vélo piloté par Forterre en 1895 était celui d’ekonn, et qu’il comportait déjà cette particularité d’avoir un trapèze à l’arrière, aurait-il pris le risque, Grossot, de ne pas breveter le principe ? Lui qui, dès 1894, à travers ses encarts publicitaires faisait déjà la chasse aux contrefacteurs ?
Par ailleurs, sur le vélo présenté par Juansantos, il y a un N° de série et un marquage Grossot (certes, sur une pièce rapportée, et non sur le cadre). Sur le vélo de Bourotte et sur la sextuplette, il y a une plaque de cadre… Il semblerait que le vélo d’ekonn soit parfaitement anonyme, ce qui laisse un doute (faute de pièces à conviction) quant au fait qu’il ait pu être présenté au public dans son état actuel, sans identité ni protection…

Mais alors le trapèze du vélo de Bourotte ?
Je reste convaincu qu’il s’agit d’un modification ultérieure aux années 1896-1898. Peut-être réalisée lors du changement de plateau, et sans doute par Grossot lui-même, puisque le nouveau plateau porte les initiales A.G. Les fioritures à volutes (style art nouveau) du trapèze, l’absence d’émaillage et l’allègement du plateau bien plus « moderne » que la version rococo initiale me font croire cela. Ce qui n'évince pas l'hypothèse que Grossot lui-même aurait pu « moderniser » le velo d’ekonn, possiblement vélo de 18m de développement, mais dans un état différent, par la suite.
Pourquoi et quand ? Cela reste à documenter… Grossot, après 1900 se serait diversifié dans les Motos et Automobiles (encart pub l’Auto-Vélo de 1906). Il dépose des brevets en 1903 en rapport avec les bougies d’allumage électrique (moteurs automobiles) et les feux de cheminée… Ses vélos auraient-ils nécessité un regain de vigueur technologique à l’approche de l’an 1900, un coup de pub, pour tenter de prouver encore leur supériorité face aux nouveautés imposées par les entraîneurs motorisés ?


La conception « Grossot Modo »:
Bien vu, ekonn, pour la possibilité d’adapter un 3ème hauban sur le vélo de Bourotte. Mais sur ton vélo, on est d’accord qu’il n’y a que la possibilité d’avoir 2 haubans, et pas 3 comme sur le vélo de Bourotte ? Malgré cela, je suis d’accord avec l’hypothèse que la conception Grossot semblait davantage empirique, expérimentale, avec une certaine flexibilité de réglages et d’options, que rigoureusement « mathématique », comme veulent le faire admettre les publicités d’époque des cycles Ad. Grossot.
Là où je ne te suis pas, c’est dans l’amateurisme supposé faute d’outils de modélisation 3D… Comme si l’on avait attendu la 3D pour concevoir les joyaux technologiques que sont la tour Eiffel, les mécanismes d’horlogerie ou les locomotives… Admettons que la sextuplette, qui a déjà 3 haubans à l’arrière, nécessiterait d’en avoir un 4ème de plus, penses-tu vraiment que Grossot, qui contrevente ses cadres avec des tubes cintrés, ne se serait aperçu qu’au dernier moment que le hauban rencontrerait la chaîne en tirant tout droit ? Non, alors... Soit les trous en attente étaient prévus pour un hauban rapproché en cas de plateau plus petit à l’arrière, soit le potentiel hauban supplémentaire était cintré pour contourner la chaîne, soit les trous étaient prévus pour d’autres usages qu’on ne peut pas soupçonner aujourd'hui… Restons humbles !

Pour justifier l’adaptabilité de la conception Grossot: 2 images de sextuplettes qui illustrent l’évolution des configurations à l’arrière.

L’une, de 1895, qui est une quintuplette transformée en sextuplette, avec un pilote rajouté à l’arrière
(SEXTUPLETTE GROSSOT-source La Bicyclette-1895-BNF-Gallica)

SEXTUPLETTE GROSSOT-source La Bicyclette-1895-BNF-Gallica.jpg


L’autre, sans doute autour de 1898, qui montre une sextuplette similaire à celle qui entrainait Bourotte en 1896-1898, transformée en septuplette, avec un pilote rajouté à ‘arrière.
(image issue du post de Juansantos sur TTV)

SEPTUPLETTE GROSSOT-source inconnue-in post de Juansantos sur TTV.jpg
SEPTUPLETTE GROSSOT-source inconnue-in post de Juansantos sur TTV.jpg (101.54 Kio) Vu 56 fois


Je ne dis pas que les trous disponibles servaient forcément à ce genre de modification, ce qui ne semble pas le cas d’après les images, mais que l’arrière était évolutif, et que peut-être ces trous remplissaient des fonctions difficilement imaginables aujourd’hui.


L’évolution de l’arrière, avec ou sans trapèze ?
Je me suis amusé à souligner, sur les images des vélos vus de profil, avec l'axe des roues remis à l'horizontale, les points de jonction des bases et des haubans.

Publicité Extra-rigide-cycle de 1894 (1 dessin, pas une photo):

GROSSOT-publicité extra-rigide cycle-source Le Vélo 23 oct 1894-Retronews.png
GROSSOT-publicité extra-rigide cycle-source Le Vélo 23 oct 1894-Retronews.png (321.64 Kio) Vu 56 fois

Mention « breveté SGDG ». Double barre horizontale et double tube diagonal.
Pas de trapèze à l’arrière. Bases droites, BDP légèrement surbaissé.
3 paires de haubans convergeant vers l’axe de roue arrière.


Photo du vélo de Bourotte derrière la sextuplette Grossot (1896-1898 ?)
(vélo légèrement de 3/4 et déformé -raccourci- par le grand angle)

GROSSOT sextuplette et Bourotte-source inconnue-post juansantos sur TTV.jpg
GROSSOT sextuplette et Bourotte-source inconnue-post juansantos sur TTV.jpg (147.86 Kio) Vu 56 fois

Double barre horizontale et 1 seul tube diagonal.
Manifestement, pas assez de place pour 1 trapèze arrière, ou alors un « mini-trapèze »…?
Plateau de pédalier Grossot similaire à celui de la sextuplette
Bases droites, BDP légèrement surbaissé.
2 paires de haubans convergeant juste au-dessus de l’axe de la roue arrière (point de convergence masqué par le pignon)


Publicité AD. GROSSOT, publiée par Juansantos dans son post sur TTV (source et date non précisées):

GROSSOT-image pub-source inconnue-post Juansantos sur TTV.jpg
GROSSOT-image pub-source inconnue-post Juansantos sur TTV.jpg (137.61 Kio) Vu 56 fois

Double barre horizontale et 1 seul tube diagonal.
On ne le distingue pas vraiment, mais trapèze arrière possible pour assurer la liaison bases-haubans
S’agit-il d’une modification ultérieure du vélo de Bourotte, ou d’un autre vélo de la même série, avec une évolution tardive pour l’arrière ?
Bases droites, BDP légèrement surbaissé.
3 paires de haubans convergeant au-dessus de l’axe de la roue arrière.


Photo du vélo de Bourotte - Musée de Sceaux - Collection Grandseigne

GROSSOT-coll. Grandseigne-Domaine de Sceaux-source Sterba-bike.jpg
GROSSOT-coll. Grandseigne-Domaine de Sceaux-source Sterba-bike.jpg (118.84 Kio) Vu 56 fois

Le vélo s'allonge...
Double barre horizontale et 1 seul tube diagonal.
Trapèze arrière à volutes, pour la liaison bases-haubans
Plateau de pédalier « AG » surdimensionné, allégé et très épuré, par rapport au pédalier initial
Bases droites, BDP dans l’axe des roues avant-arrière
2 paires de haubans convergeant largement au-dessus de l’axe de la roue arrière.
Allongement du vélo par rapport à la version Bourotte 1896-1898
Pour moi, il s’agit d’une version modernisée (peut-être par A.G.) du vélo de Bourotte, si c’est bien le même vélo.


Photo du vélo d’ekonn

vélo ekonn-source inconnue-by qipiq sur TTV.jpg
vélo ekonn-source inconnue-by qipiq sur TTV.jpg (193.27 Kio) Vu 56 fois

Il s'allonge encore ...
1 seule barre horizontale et double tube diagonal.
Trapèze arrière sans volutes, pour la liaison bases-haubans
Pédalier surdimensionné, très allégé et épuré, par rapport au pédalier Grossot de la sextuplette
Bases surbaissées avec double coude, BDP surélevé au-dessus de l’axe des roues avant-arrière
2 paires de haubans accrochées en 2 points différents sur le trapèze arrière.
La position A indique 1 position alternative pour les haubans inférieurs, mais dans ce cas ils ne seraient plus dans le prolongement (purement esthétique) de la barre de renfort diagonale…
La position B est celle d’une base droite inclinée, qui relierait le BDP surélevé et la roue arrière, sans modification des roues ni de la fourche.
La position C est celle d’une base droite horizontale, qui mécaniquement imposerait un changement des roues et de la fourche, et aussi une modification du plateau de pédalier pour ne pas rayer le parquet…
Cette configuration A+C ressemble étrangement, exceptée la barre diagonale, au modèle Grossot (Bourotte) de 1896-1898, non ?
Vive les ressources documentaires en accès libre sur internet qui font fructifier les recherches et la connaissance: Rendons grâce à ceux qui les partagent sans restriction, faisons l’effort d’en tracer l’historique et citons nos sources !
bachibouzouk
Plus de 20 messages
 
Messages: 160
Inscription: Jeu 07 Mar 2013 14:26:01

PrécédenteSuivante

Retourner vers Vélos de piste

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité